Économie circulaire : Fondaction appuie la relève de l’entreprise Usinage BDCM

14 juin 2019

« Les ressources ne sont pas inépuisables et tout ce qui peut être réparé et réutilisé mérite de l’être. » Si le constat est simple, il explique essentiellement pourquoi David Charette a fait l’acquisition d’Usinage BDCM et en partie pourquoi Fondaction a désiré lui apporter son soutien. L’entreprise de l’Estrie donne une seconde vie aux mandrins de carton de l’industrie papetière provenant de la compagnie Domtar. Celle-ci en fait usage pour le bobinage du papier fin avant l’expédition ou la coupe. Le procédé novateur de BDCM s’inscrit ainsi dans une vision d’économie circulaire puisqu’il permet la réutilisation d’un produit qui autrement aurait été simplement recyclé.

Recycler, c’est bien, réutiliser c’est mieux!

Cette approche qui circularise un produit en lui redonnant sa pleine fonctionnalité rejoint pleinement les valeurs de développement durable de Fondaction. Pour Geneviève Bouthillier, chef adjointe de l’investissement chez Fondaction « BDCM propose une solution distinctive qui contribue au développement en favorisant la réutilisation de produits, la diversification de l’économie de Windsor et la consolidation d’emplois locaux. Soutenir David dans son projet de reprise, c’était non seulement contribuer à cette transmission entrepreneuriale, mais aussi reconnaître l’histoire dans laquelle elle s’inscrit. »

Fondée par Bruno Dostie, ancien travailleur machiniste et superviseur chez Domtar et sa conjointe, Caroline Meunier, BDCM est née de la passion de celui-là pour l’usinage. Après 30 ans de carrière passés chez Domtar, il a développé une technologie permettant de réusiner les mandrins, qui sont de grands rouleaux de carton de 5 ou 6 pouces de diamètre, au lieu que ceux-ci soient simplement jetés et recyclés. 

Contribuer à la croissance durable et au développement du territoire

Après avoir mis au point une technique de jointage novatrice permettant de produire à partir de rouleaux récupérés un mandrin d’une longueur de 308 pouces aussi solide qu’un original, il a mis en place cette boucle industrielle qui inclut le tri des matières premières, la sélection du matériel réutilisable, l’usinage des mandrins et le compactage des déchets aux fins de recyclage sélectif.   Cette vision s’inscrit parfaitement dans celle de Domtar qui poursuit des objectifs de « croissance durable » et qui, par des programmes de réduction à la source et de réutilisation, a réussi depuis 2013 à réduire de 33 % la quantité totale de déchets provenant de ses usines de pâtes et papiers[1] et acheminée à des sites d’enfouissement.

Une technique de jointage novatrice


Pour répondre aux besoins de l’usine de Windsor, BDCM occupe aujourd’hui un espace de 12 000 pieds carrés dans le parc Industriel, ce qui lui permet d’effectuer le triage et le recyclage de plus de 5 400 tonnes métriques de coupe-vapeur, papiers blancs, mandrins et cartons. « Nous traitons le contenu de 13 à 15 camions-remorques de 48 à 53 pieds par semaine » précise David Charrette, président d’Usinage BDCM.

Une transmission entre voisins qui profite d’un financement à portée régionale

Au moment de transmettre son entreprise à une relève, Bruno Dostie a tout de suite pensé à David Charrette, propriétaire de Davibois, l’entreprise voisine de la sienne. Pour ce dernier, l’occasion était intéressante à plusieurs égards : « Puisque BDCM fait aussi l’usinage du métal, j’avais déjà une relation d’affaires avec l’entreprise qui réalisait pour nous des connecteurs entrant dans la composition de nos rampes et de nos escaliers. J’étais donc au fait de ses standards de qualité et de son modèle d’affaires en économie circulaire desservant principalement l’usine Domtar. Puisque ma première entreprise met en valeur le bois, je trouvais pertinent d’intégrer certaines opérations d’usinage et cohérent de donner une seconde vie aux dérivés du bois que sont le papier et le carton. »

Innover pour mieux pérenniser les ressources

La technologie de BDCM procure non seulement des bénéfices environnementaux évidents, elle permet aussi de réaliser des économies intéressantes. « En m’appuyant dans mes ambitions entrepreneuriales, Fondaction permet la pérennisation des activités de BDCM et de sa technologie. Grâce à ce financement, je peux me concentrer à faire croître BDCM dans notre région tout en déployant notre vision conjointe d’un développement durable », estime David Charrette.


[1] Source Domtar : Rapport sur la croissance durable 2017, https://www.domtar.com/sites/default/files/2018-04/Domtar_SGR2017_FRA_0.pdf


Catégories


Suivez-nous

Facebook Linkedin Youtube