Blogue5 août 2021

4 gestes à poser avant 45 ans pour se préparer une retraite confortable

Même si le moment de votre retraite semble encore loin, vous gagnerez à le planifier tôt. Vous caressez sans doute des projets (voyages, loisirs, retour aux études, etc.) pour ces années où vous ne travaillerez pas. Donnez-vous les moyens de les réaliser !

1. Évaluez vos besoins

Pendant vos années de retraite, quel montant d’argent souhaitez-vous recevoir régulièrement pour en profiter pleinement ? Quels projets voulez-vous réaliser ?

Retraite Québec évalue que, de façon générale, vous aurez besoin à votre retraite de 60 % à 80 % de vos revenus annuels moyens des cinq dernières années de travail.

« Mais il faut que chaque personne fasse son propre calcul. II n’y a pas un montant magique à épargner pour tous », précise l’actuaire en chef du Régime de rentes du Québec (RRQ), Jean-François Therrien.

Le mandataire de l’État a mis en ligne l’outil SimulR pour vous aider à y voir plus clair. Il tient compte des rentes que vous recevrez d’un régime à prestations déterminées, si vous y avez droit, et des sommes d’argent que vous obtiendrez des régimes publics, le RRQ et la pension de la Sécurité de vieillesse.

2. Commencez à épargner tôt

Le plus tôt vous épargnerez, le mieux ce sera, insiste le directeur optimisation fiscale de la firme SFL Expertise, Dany Provost. « Quand une personne occupe son premier emploi, c’est le temps de commencer, dit-il. Si elle arrive à un âge avancé, il n’est pas trop tard, mais ça va faire mal, c’est-à-dire qu’elle ne sera pas en mesure de maintenir son train de vie, excepté si elle a de faibles revenus. »

Quel montant de vos revenus devriez-vous mettre de côté ? Retraite Québec recommande d’épargner au moins 10 % de vos revenus nets chaque année pour votre retraite. Dany Provost suggère plutôt d’y aller selon votre capacité financière de façon à vous assurer une qualité de vie maintenant et plus tard.

« Quand la personne est jeune, elle peut mettre 20 % de ses revenus de côté, explique le planificateur financier, mais quand elle a des enfants et qu’elle achète une maison, elle peut épargner moins. Elle peut reprendre des paiements plus substantiels plus tard, lorsqu’elle aura une plus grande marge de manœuvre. »

Un truc pour mettre de l’argent de côté sans que ça paraisse trop sur votre budget : planifier des prélèvements automatiques. Vous ne manquerez pas un versement !

3. Faites-vous accompagner

Votre stratégie d’épargne doit tenir compte des événements qui pourraient faire reculer vos revenus pendant vos années de retraite, ne serait-ce qu’en raison de l’inflation, du taux de rendement de vos placements ou même de votre espérance de vie.

Un planificateur financier peut vous aider en fixant des objectifs et en élaborant une stratégie pour les atteindre. Celle-ci mérite toutefois d’être révisée au moins tous les quatre ans, après que vous avez reçu le relevé du RRQ. 

« Il y a aussi des événements incontournables, comme un mariage, l’arrivée d’un enfant, une séparation ou un décès, au moment desquels on recommande de revoir la planification financière de la retraite », souligne le porte-parole de Retraite Québec, Frédéric Lizotte. Il ajoute que le départ à la retraite peut également être reporté de quelques années, de façon à accumuler davantage d’épargne.

D’après Retraite Québec, les consommatrices et consommateurs qui ont obtenu un coup de main d’un planificateur financier depuis au moins 4 ans détiennent 69 % plus d’actifs financiers que celles et ceux qui n’en ont pas.

4. Profitez des crédits d’impôt

Le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) représente un véhicule de choix puisqu’il vous permet de reporter l’impôt à payer. Et pendant vos années de retraite, vos revenus diminueront et votre taux d’imposition aussi.

Pourquoi ne pas opter pour un fonds de travailleurs ? Vous obtiendrez un crédit d’impôt atteignant 30 %, qui s’ajoute à la déduction liée à votre REER, sans compter le rendement du Fonds lui-même.

Votre capital sera ainsi plus élevé avec le même déboursé net que vous auriez fait dans un fonds traditionnel.

« Fondaction, qui se fait un devoir d’investir pour rendre l’économie plus verte, plus équitable et plus inclusive, a évalué que, de 2011 à 2020, les épargnantes et les épargnants qui ont effectué un déboursé net de 1000 $1 par année, après avantages fiscaux, ont amassé une valeur de 54 653,79 $2, plutôt que 22 660,89 $3 à la bourse. » Marie-Frédérique Savard, planificatrice financière à Plandaction.

Convaincant !

DES RÉFÉRENCES D’INTÉRÊT :

Épargnez-vous assez ?

4 étapes pour planifier sa retraite

Chaque taux de rendement indiqué est un taux de rendement total composé annuel historique qui tient compte des fluctuations de la valeur des actions et du réinvestissement de tous les dividendes, le cas échéant, et ne tient pas compte de l’impôt sur le revenu payable par un actionnaire, qui aurait pour effet de réduire le rendement. La propriété des actions d’un fonds d’investissement donne lieu à des frais permanents. Les actions de Fondaction ne sont pas garanties, il s’agit d’un placement dont la valeur et le rendement fluctuent, son rendement passé n’est pas indicatif de son rendement futur. Avant d’investir, veuillez consulter le prospectus au fondaction.com/prospectus.php.

  1. Cotisation annuelle réalisée au 1er janvier de chaque année nécessitant un déboursé net de 1 000 $ après avantages fiscaux. La dernière cotisation a été réalisée au 1er janvier 2021. Le taux marginal d’imposition utilisé est de 40 %.
  2. Calculs effectués selon le nombre d’actions détenues et la valeur de l’action selon les états financiers du 31 mai 2021. Le total d’actions détenues est déterminé avec les crédits d’impôt en vigueur et les valeurs réelles de l’action au moment des souscriptions.
  3. Valeur accumulée calculée avec les rendements annuels de chaque année complète et le rendement à jour pour la fraction d’année écoulée depuis la dernière cotisation. Source des rendements : Bloomberg.