Blogue3 juin 2021

5 trucs pour adopter de saines habitudes d’épargne

Plus vous progressez dans votre vie professionnelle, plus vos revenus ont des chances d’augmenter. Du même coup, vos projets se multiplient : acheter une maison, agrandir la famille, voyager, etc. Pour les réaliser, il vous faut économiser. Compliqué ? Pas nécessairement ! Voici des trucs pour adopter de saines habitudes d’épargne.

1. Se fixer un objectif 

Pour vous motiver à mettre de l’argent de côté, fixez-vous des objectifs. Vous voulez acquérir une propriété ? Faire des travaux de rénovation ? Retourner aux études ? Ou vous offrir une belle retraite ?

Au début de notre carrière, on ne pense pas à la retraite. Néanmoins, les experts sont unanimes : vous avez intérêt à inclure cet objectif dans votre plan d’épargne puisque le plus tôt que vous épargnerez pour cette période où vous ne travaillerez plus, le mieux ce sera.

Et pourquoi ne pas créer un coussin de sécurité pour les imprévus ? Il sera fort utile en cas de perte d’emploi, de maladie ou de séparation.

2. Élaborer un budget

« Le budget, c’est la clé pour épargner », avance d’emblée le directeur général d’ÉducÉpargne, Louis-Alexandre Lacoste. Selon lui, un tel exercice vous permettra de mieux évaluer vos revenus et vos dépenses.

Des outils Web sont d’ailleurs offerts pour vous aider à dresser votre budget. Avec la technologie, on peut agréger toutes nos sorties d’argent et voir combien on dépense en épicerie, en transport, en voyage, etc.

Après avoir fait ce bilan, vous serez en mesure de déterminer un montant pour votre épargne et un autre pour vos petits plaisirs, suggère Louis-Alexandre Lacoste.

3. Épargner sans s’en rendre compte

« L’épargne qui fonctionne le mieux, c’est l’épargne qu’on ne voit pas », mentionne le directeur général d’ÉducÉpargne. Prévoyez des virements automatiques afin que votre argent s’accumule sans que vous vous en rendiez compte.

Et il n’y a pas de petits montants quand il s’agit d’économiser. « Ça peut être quelques dollars par paie, et ça augmente graduellement », indique Louis-Alexandre Lacoste.

Un conseiller ou un planificateur financier peut évaluer votre plan d’épargne en fonction des objectifs que vous vous êtes fixés. N’hésitez pas à vous faire conseiller par un professionnel.

4. S’informer

Pas moins de 86 % des Québécois âgés de 25 ans et moins estiment ne pas posséder les connaissances nécessaires pour planifier leur avenir financier, d’après un sondage réalisé en 2016 par la firme SOM pour le compte de l’Institut québécois de planification financière.

Or l’information, c’est le nerf de la guerre, d’après Louis-Alexandre Lacoste. « Plus on est informé, plus on est en mesure de prendre de bonnes décisions », dit-il. ÉducÉpargne fournit d’ailleurs des explications d’ordre général sur la gestion des finances personnelles.

« Chacun est responsable de lire, de s’informer et de poser des questions à un conseiller ou à un planificateur financier, ajoute le directeur général d’ÉducÉpargne. Sans devenir un spécialiste, il faut comprendre ce qu’on se fait dire. »

5. Faire des choix responsables

Pour le bien de la planète et de la société, vous prenez les transports en commun et vous optez pour des produits équitables ? Pourquoi ne pas faire aussi des choix responsables dans la gestion de vos finances ?

Il existe des placements responsables et durables, c’est-à-dire qui prennent en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Certains vont même plus loin et visent à générer un impact positif sur l’économie et la société, en plus d’un rendement financier. Parlez-en à votre conseiller ou à votre planificateur financier pour qu’il trouve des placements qui correspondent à vos valeurs. Ils sont de plus en plus demandés d’après l’Association pour l’investissement responsable.

« Le commun des mortels est pas mal à la merci de ce que le conseiller va lui dire, mais il faut le mettre au défi », recommande Louis-Alexandre Lacoste.